Communauté d'Agglomération du Muretain

 
 
Sortir du mode mal voyants

Les statuts

Les statuts

L'intérêt communautaire

Téléchargez le document (pdf - 371 ko)

  • Définition de l'intérêt communautaire
Les communautés urbaines, d’agglomération et de communes exercent de plein droit aux lieu et place des communes membres, des compétences obligatoires et optionnelles dans la limite de l’intérêt communautaire (sauf exception).

  • Le droit en vigueur
La notion d'intérêt communautaire a été introduite par la loi du 6 février 1992 d'orientation pour l'administration territoriale de la République, à l'occasion de la création des communautés de villes et des communautés de communes. La loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale l'a étendue aux communautés d'agglomération et aux communautés urbaines et a prévu les modalités de sa définition, qui varient d'un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à l'autre.

  • La notion d’intérêt communautaire
La loi ne donne pas de définition ou de critères précis à retenir pour définir l'intérêt communautaire. Les communes ou les conseils communautaires apprécient librement l'intérêt communautaire d'une compétence.

L'intérêt communautaire peut toutefois s'analyser comme la ligne de partage au sein d'une compétence entre les domaines d'action transférés à la communauté et ceux qui demeurent au niveau communal. C'est, en d'autres termes, le moyen, pour certaines compétences expressément énumérées par la loi, de laisser au niveau communal ce qui peut l'être et de transférer à l'établissement public de coopération intercommunale ce qui exige une gestion intercommunale.
  • Communautés urbaines, communautés d’agglomération et communautés de communes
La loi n°99-586 du 12 juillet 1999, relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, distingue entre les communautés de communes, les communautés d'agglomération et les communautés urbaines, les modalités de détermination de l'intérêt communautaire et le champ des compétences soumises à sa reconnaissance.

Les transferts de compétences sont plus ou moins importants selon le type de structure, et doivent être, lorsque la loi le prévoit, limités à la reconnaissance de leur intérêt communautaire.
  • Champ des compétences
Les communautés de communes exercent toujours aux lieu et place des communes membres les compétences librement choisies dans les groupes de compétences obligatoires et optionnelles fixées par la loi dans la limite de l’intérêt communautaire.
Chacune de ces compétences doit systématiquement être limitée à l'intérêt communautaire, sauf lorsque la compétence ne peut pas se découper selon ce critère (SCOT, PLU, PLH, assainissement, eau, collecte - traitement des déchets).

Pour les communautés d'agglomération, la loi fixe précisément les compétences qui doivent être transférées dans chacun des groupes, obligatoires ou optionnels, et précise, pour certaines actions seulement, celles qui peuvent être limitées à la reconnaissance de leur intérêt communautaire.

Enfin, pour les communautés urbaines, l'exigence de transfert de compétences est plus forte encore : six groupes de compétences précises sont obligatoirement transférés dont très peu sont soumis à la reconnaissance de leur intérêt communautaire. Le transfert de compétences doit ainsi et le plus souvent, être total.

Communauté d'Agglomération du Muretain

Accès mal voyantsActualités
Mentions légalesPlan du site

Le Muretain Agglo - 8 bis avenue Vincent Auriol - CS 40029 - 31601 MURET CEDEX - Tél : 0534463030

ICOM Communication

Rechercher sur le site